Blog

Epargne 3a avec des fonds – les sept questions les plus fréquentes au sujet de l'épargne en titres

Les septs questions les plus fréquentes au sujet de l’épargne en titres.

La prévoyance privée jouit en Suisse d’une grande popularité. Notamment vers la fin de l’année, de nombreuses personnes souhaitent profiter des avantages de la prévoyance vieillesse volontaire. Souvent, l’argent sommeille ensuite sur le compte durant des années, voire des décennies. Mais vu la persistance des taux d’intérêt bas, de plus en plus de preneurs de prévoyance sont insatisfaits de cette situation.

Qui vise davantage de profits à long terme, épargne en titres. Pourtant selon une étude actuelle de la Banque CIC (Suisse), plus de 40 % des personnes ne se sont pas penchées sur ce sujet ou ne connaissent pas du tout cette possibilité. Il existe un réel besoin d’information !

 

Pourquoi l’épargne-titres ?

Beaucoup d’épargnants en prévoyance ne réalisent pas que même en laissant sur le compte la totalité de leur capital de prévoyance du pilier 3a, ils courent un risque, à savoir : celui d’une faible rémunération des avoirs (risque de taux) comme c’est le cas maintenant depuis quelques années. Il est donc préférable de placer sa fortune dans diverses classes d’actifs qui évoluent chacune différemment. C’est ce que l’on appelle « diversification ».

Avec des titres, les placements sont répartis dans différentes classes d’actifs (actions, obligations, immobilier, matières premières). Vous augmentez ainsi vos chances de gains et réduisez en même temps le risque de taux. Etant donné que les avoirs de prévoyance sont en principe placés à très long terme, le risque de fluctuations se dilue nettement aussi au fil des ans, ce qui est également un argument en faveur de l’épargne-titres.

 

Des fonds de prévoyance divers

Les placements en titres dans le cadre du pilier 3a s’effectuent en général via des fonds de prévoyance. Ceux-ci sont des fonds strictement réglementés qui procèdent aux placements selon les prescriptions de la prévoyance vieillesse, survivants et invalidité (LPP). La part maximale d’actions est en principe de 50 pourcent mais, dans certains cas exceptionnels, cette quote-part peut être plus élevée.

Pour choisir un fonds, le principal critère est la stratégie de placement du fonds. La Banque CIC (Suisse) distingue actuellement trois stratégies de placement : conservatrice, équilibrée et dynamique. Ces stratégies se différencient par la répartition des actifs et les perspectives de profits. Tandis qu’une stratégie de placement conservatrice investit principalement en obligations et placements immobiliers indirects, les fonds dynamiques se focalisent particulièrement sur les placements en actions. Une stratégie équilibrée est un juste milieu entre les deux alternatives précédentes.

De plus, sur la plateforme www.epargneentitres. ch, les clients peuvent opter pour une stratégie active ou passive ainsi que pour le prestataire de leur choix. Vous pouvez combiner à votre guise les fonds de prévoyance et en changer sans frais. C’est unique pour une banque.

 

A quoi faut-il veiller en ce qui concerne les frais ?

Les frais sont toujours un point important auquel il faut prêter attention. D’abord il faut faire la distinction entre frais de fonds et frais de dépôt. Les frais d’un fonds peuvent être facilement comparés grâce à un indicateur uniforme calculé selon les mêmes critères pour tous les fonds, à savoir : le Total Expense Ratio (TER). Ce ratio est plus bas pour les fonds proposés sur www.epargneentitres.ch car la Banque CIC (Suisse) permet à ses clients selon les possibilités d’accéder aux tranches de fonds plus avantageuses dédiées aux gros investisseurs (institutionnels). Pour la tenue du dépôt, l’achat et la vente ainsi que la conservation et le Reporting, la Banque CIC (Suisse) offre des conditions convaincantes avec une commission forfaitaire transparente et attrayante de 0,5 pourcent par an sur le montant investi en fonds de prévoyance (pro rata).

 

Quand dois-je investir ?

Ne nous leurrons pas, l’évolution de la bourse est imprévisible. De ce fait, il n’existe pas de moment idéal pour investir. Mais le principe de la diversification du risque s’applique là aussi. Si vous investissez la totalité de vos actifs au même moment, vous prenez un risque de timing. Nous recommandons des investissements échelonnés avec un premier investissement suivi d’autres effectués régulièrement (ordre permanent). Vous profitez ainsi de cours moyens. Il est acheté pour vous moins de parts de fonds lorsque les cours en bourse sont élevés et davantage lorsqu’ils sont bas. Vous bénéficiez ainsi automatiquement d’un bon timing. Nombre de preneurs de prévoyance du pilier 3a en ont pris conscience et investissent leurs avoirs d’épargne dans des fonds à rythme mensuel ou trimestriel par le biais d’un ordre permanent.

 

À partir de quel montant est-ce intéressant ?

Dès que votre épargne de prévoyance atteint un montant de CHF 10 000.-, il est recommandé d’en investir une partie en titres (premier investissement). Par ailleurs, il est judicieux d’investir dans des fonds de prévoyance une part de vos versements annuels 3a. Un premier investissement est possible dès CHF 3 000.- et les investissements suivants le sont dès CHF 1 000.-.

 

Quels sont les fonds demandés ?

Les critères déterminants pour choisir un fonds sont votre horizon de placement (capacité de risque) et votre propension au risque. Les fonds avec une quote-part d’actions élevée sont souscrits plus fréquemment car ils apportent une meilleure diversification par rapport au simple compte rémunéré et offrent des perspectives de meilleur rendement à long terme.

Les fonds gérés passivement avec une part d’actions élevée sont également intéressants car ils sont d’un coût plus avantageux que les fonds gérés activement. Sur www.epargneentitres.ch , il est de ce fait souvent souscrit des fonds tels que le Swisscanto LPP 3 Indice 45 R, le Credit Suisse Mixta-LPP Indice 45 I ou l’UBS AST LPP-40 Indexé I-A1. La préférence va par ailleurs à des fonds ayant une part d’investissements immobiliers relativement élevée comme le Credit Suisse Mixta- LPP Basic I et le fonds Baloise LPPMix 15 Plus R ainsi qu’à des fonds ayant des exigences de durabilité sociale et écologique comme le J. Safra Sarasin LPP-Durabilité A.

 

Pourquoi la Banque CIC (Suisse) ?

Nous sommes la seule banque qui offre à ses clients avec l’épargne-titres ouverte la possibilité de combiner individuellement divers fonds de prévoyance de différents prestataires, et cela à des conditions préférentielles exclusives.

Et ce n’est pas tout. La part de vos avoirs de prévoyance du pilier 3a qui n’est pas investie en titres est rémunérée au taux d’intérêt préférentiel de la Banque CIC (Suisse) qui, en comparaison nationale, s’avère constamment le meilleur depuis des décennies. Ces avantages expliquent que 96 % de nos clients de prévoyance recommandent notre banque. Vous pouvez consulter toutes nos offres sous www.epargneentitres.ch.