Blog

Les 3 ans du fonds CIC Primus: À la recherche du rendement perdu - CIC perspectives snapshot

3 questions à Mario Geniale, Chief Investment Officer de la Banque CIC (Suisse) sur le fonds maison CIC High Yields Primus Fund qui est sur le marché depuis exactement trois ans aujourd’hui et qui est « à la recherche » de rendement dans un environnement très délicat pour les investisseurs obligataires en francs suisses.

Le CIC High Yields « CHF Primus » existe depuis maintenant trois ans. En le nommant « Primus » = le meilleur de la classe, vous avez placé la barre très haut. En toute honnêteté, avez-vous répondu aux attentes ?

Si l’on dresse le bilan de ces 3 années Primus, on peut dire avec fierté que nous avons créé quelque chose d’unique en Suisse. Deux critères rendent ce fonds unique en son genre.

  • Premièrement, le Primus est le seul fonds en Suisse qui investisse dans des obligations avec des rendements supérieurs à la moyenne (AAA- B-), s’assurant ainsi durablement un rating moyen d’au moins BBB- et restant de ce fait dans la catégorie Investment-Grade.
  • Deuxièmement, le Primus investit exclusivement dans des emprunts en francs suisses, donc sans aucune devise étrangère.

Ces deux aspects combinés rendent le fonds très précieux, notamment pour les investisseurs institutionnels.

Bien que durant ces trois dernières années nous ayons vu sombrer les taux d’intérêt jusque dans la zone négative, le Primus a réussi à surpasser le large indice obligataire (SBR14T). Nous avons enregistré pendant ces trois ans une performance supérieure à 9 % avant frais, alors que l’indice large était au-dessous de 9 %. Nous avons donc déjà accompli beaucoup mais la mission Primus arrive seulement maintenant dans la phase vraiment palpitante. Les taux d’intérêt ayant baissé et encore baissé, ils ne peuvent guère tomber plus bas et tous les investisseurs obligataires redoutent un retournement des taux. L’état d’urgence pour les placements à Fixed Income atteint le summum. Avec le Primus, nous offrons une alternative unique et avons pu prouver sur trois ans que cela fonctionnait.

En 2012, nous avions commencé avec un volume de fonds de CHF 19 millions et aujourd’hui nous en sommes à près de CHF 80 millions. Notre objectif est d’atteindre CHF 100 millions dans les prochains mois. Et nous visons un volume de plus de CHF 300 millions dans les trois à cinq ans à venir car le marché s’accroît et les besoins aussi.

Le CIC Primus a sa place dans chaque portefeuille obligataire en francs suisses !

Comment l’idée est-elle venue de lancer le seul fonds en francs suisses à rémunération supérieure ?

Les rendements plus bas que terre de 2011 nous ont amenés, mon collègue Luca Carrozzo, spécialiste Fixed Income, et moi-même à réfléchir aux possibilités pour éviter aux clients ayant conclu un mandat chez nous de perdre de l’argent avec des obligations. Nous avons développé cette idée qui nous permet de générer pour les mandats un coupon de 3 %. La situation s’est dégradée sur les marchés des taux d’intérêt et les rendements ont de plus en plus régressé. Nous avons pu de ce fait susciter l’intérêt des investisseurs institutionnels. La recherche de rendement a entre-temps attiré de nombreux gros investisseurs et nous a procuré aussi une plus grande visibilité. Notre compétence en matière de placement dans le domaine des taux fixes est visible et peut être documentée. C’est ainsi que, grâce à notre approche active dans la gestion de fonds, nous avons pu offrir une véritable plus-value en ayant discerné des risques suffisamment tôt (par exemple : Russie début 2014 ou récemment Glencore). Nous avons également profité des réactions excessives du marché pour effectuer des achats, comme par exemple Meyer Burger à la fin de l’année dernière.

En tant que petite banque universelle, nous devons nous démarquer avec des produits de niche attrayants. Nous croyons que notre CIC High Yields « CHF Primus » est un produit unique qui nous aide à nous positionner comme spécialistes alternatifs dans le domaine de la gestion de fortune.

Comment voyez-vous l’avenir pour le Primus ?

Le CIC Primus a sa place dans chaque portefeuille obligataire en francs suisses ! Nous sommes persuadés que dans le contexte actuel des taux d’intérêt, il deviendra encore plus difficile de gagner de l’argent avec des obligations. Les rendements des obligations traditionnelles sont ridiculement bas et pour obtenir un rendement, l’investisseur obligataire doit acheter dans son portefeuille soit des risques élevés, soit des durées extrêmement longues. Notre produit offre au client la possibilité d’investir dans un fonds largement diversifié qui surveille quotidiennement les risques et qui peut donc s’avérer une alternative forte et complémentaire du portefeuille obligataire.

Nous sommes d’avis que le fonds peut continuer de dégager la performance historique annualisée de 3 % avant frais. En outre, nous proposons une tranche avec distribution qui pour les deux dernières années a maintenant payé un coupon de 3 % à chaque fois. Cela vaut le coup !