Blog

Pilier 3a : compte ou titres? Le bon choix de la prévoyance privée – une déduction en cinq étapes

Comment dois-je investir ma prévoyance privée ? Dois-je la laisser sur mon compte ou l’investir dans des fonds de prévoyance ? Et lesquels ? Cette question revient chaque année dans les médias et préoccupe de nombreux preneurs de prévoyance. On a parfois l’impression que la réponse serait compliquée. Or, elle est très simple.

Les cinq étapes suivantes nous permettront de vous présenter les faits qui importent réellement pour faire le bon choix.

 

1. Les prévisions sont délicates, surtout si elles portent sur l’avenir

Personne ne peut prédire avec certitude l’évolution future des cours des actions ou des marchés de taux d’intérêt. On ne sait que plus tard si c’était le bon moment pour se positionner ou non. C’est un fait que : pratiquement personne n’est en mesure de saisir le bon moment, les facteurs exerçant une influence sur la hausse et la baisse perpétuelles des marchés étant trop nombreux. Prenons le prix du pétrole en référence à l’actualité. Eu égard aux innombrables conflits dans d’importantes régions productrices et aux besoins énergétiques persistants des économies émergentes, la plupart des prévisionnistes tablaient sur une hausse du prix du pétrole. C’est toutefois l’inverse qui s’est produit, le prix du pétrole ayant chuté de plus de 20 % en à peine trois mois. Il existe certes des explications à ce phénomène. Mais nous ne les connaissons qu’à posteriori.

 

2. Le risque est le prix des opportunités

Quel rendement obtenez-vous avec un placement (quasiment) sans risque ? Réponse : moins de 0.5 %. Cela correspond au taux d’intérêt actuel des obligations de la Confédération à dix ans. Si vous comparez ce chiffre à l’évolution de la valeur du marché suisse des actions (SMI) qui a progressé de plus de 20 % en 2013 et d’environ 8 % à ce jour cette année (malgré la récente correction), vous prenez conscience de l’opportunité offerte par l’épargne-titres. Toute opportunité a cependant son prix qui prend la forme d’un risque, exprimé par la volatilité dans le cas des valeurs mobilières. Il s’agit de la fluctuation moyenne des cours des actions autour de leur valeur médiane. Cette année, cette valeur était d’environ 8 %. Autrement dit, les actions ont fluctué de plus ou moins 8 % cette année. C’est un fait que : celui qui cherche à profiter de rendements plus élevés doit accepter des fluctuations de valeur accrues. Ce n’est ni bon ni mauvais, mais un simple fait dont tout investisseur doit être conscient.

 

3. Le temps est le principal allié des placements en titres

L’horizon de placement est crucial. Le rendement moyen des actions attendu à long terme se situe entre 6 % et 9 %, alors qu’il est de 1 % à 3 % pour les obligations. Ces deux placements produisent un rendement supérieur d’environ 2% à la rémunération des comptes de ces dix dernières années. Un horizon de placement d’au moins cinq ans est recommandé pour les placements intégrant une quote-part actions importante afin de lisser les risques de fluctuation évoqués à la deuxième étape. L’épargne-titres dans le cadre de la prévoyance constitue un atout décisif à cet égard. Même à 50 ans, vous disposez encore d’un horizon de placement de 15 ans dans la prévoyance.

C’est un fait et il replace la question du rapport risque/opportunité dans un cadre intéressant, puisque les opportunités de rendement restent les mêmes dans le temps, alors que le risque de fluctuation pèse de moins en moins au fil des ans. Si vous investissez en outre régulièrement vos cotisations du pilier 3a dans des fonds de prévoyance, vous profitez en plus de l’effet des coûts moyens : le nombre de parts achetées diminue lorsque les cours de bourse sont élevés et augmente quand ils baissent.

 

4. Choix du fonds de prévoyance

Sur www.epargneentitres.ch, nous avons développé pour l’épargne-titres dans le cadre du pilier 3a un procédé qui vous permet de trouver rapidement et facilement le ou les fonds de prévoyance adapté(s) à vos besoins. Cette offre exceptionnelle de la Banque CIC (Suisse) vous permet de combiner en toute flexibilité 24 fonds de prévoyance de cinq promoteurs différents.

Dans un premier temps, il est important de s’assurer que tous les fonds de prévoyance sont soumis aux directives de placement sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité (LPP). Cette réglementation vise à minimiser les risques pour les investisseurs ou les preneurs de prévoyance. C’est pourquoi la quote-part actions maximale pour les fonds de prévoyance est généralement de 50 %. Pour la sélection des fonds, il s’agit donc pour commencer de déterminer le montant de la quote-part actions.

Dans un deuxième temps, vous choisissez la politique de placement. Une politique active tente de surperformer l’indice de référence grâce à une politique de placement différente. Les fonds passifs répliquent l’indice et sont généralement plus avantageux.

Vous pouvez également décider sur www.epargneentitres.ch si vous accordez de l’importance à une politique de placement inspirée par des critères écologiques et de durabilité ou si vous privilégiez un certain promoteur, par exemple une grande banque, une banque privée ou une assurance.

 

5. La solution : compte et titres

En fonction de vos besoins personnels et de votre disposition à prendre des risques, vous déterminez la part et la nature du ou des fonds de prévoyance que vous souhaitez utiliser. En tant que preneur de prévoyance, vous disposez généralement d’un horizon de placement très étendu. Si vous disposez de dix ans ou plus avant votre départ en retraite, un placement en fonds de prévoyance avec une quote-part actions maximale est recommandé.

 

Le risque de fluctuation devra être réduit en diminuant la quote-part actions plus vous approcherez de la date de paiement. Vous pouvez réaliser cette opération très facilement en repositionnant progressivement vos placements dans des fonds de prévoyance ayant une quote-part actions moins élevée. S’il ne vous reste plus que quelques années jusqu’à votre départ en retraite, il est en outre conseillé de procéder à une vente progressive et à une augmentation de la part des liquidités sur votre compte qui ne sont soumises à aucune fluctuation.

 

Dans tous les cas, nous conseillons de conserver des liquidités de dix mille francs ou plus sur le compte, afin de pouvoir répondre à des besoins urgents, par exemple pour le logement ou des retraits anticipés.

 

La Banque CIC (Suisse) vous offre non seulement la meilleure rémunération à long terme pour votre fortune de prévoyance, mais est aussi actuellement la banque qui propose à ses clients la diversité de 24 fonds de prévoyance de prestataires différents, tous les arbitrages étant possibles sans frais pour les preneurs de prévoyance. Définissez votre stratégie sans plus attendre et profitez des possibilités exclusives offertes par notre épargne-titres ouverte.

 

Car la réponse à la question « compte ou titres ?» posée en introduction est la suivante : les deux. Au bon moment.

 

Vous trouverez toutes les informations sur cette offre exceptionnelle de la Banque CIC (Suisse) www.epargneentitres.ch