News

La Banque CIC (Suisse) s’engage en faveur des malvoyants

La Banque CIC (Suisse) assiste l’Union centrale suisse pour le bien des aveugles dans le développement d’un bracelet-montre parlant.

Au travers d’un partenariat de trois ans, la Banque CIC (Suisse) soutient l’Union centrale suisse pour le bien des aveugles (UCBA) dans ses efforts visant à améliorer la qualité de vie des personnes souffrant de malvoyance ou de malentendance-malvoyance. Le don de CHF 30 000 profitera directement au développement suisse d’un bracelet-montre parlant.

Le moyen auxiliaire second dans l’ordre d’importance : l’horloge parlante

Quand on leur demande quel est le moyen auxiliaire le plus important après leur canne blanche, les personnes aveugles et malvoyantes répondent : l’horloge parlante. Une orientation fiable dans le temps est d’autant plus importante, lorsque l’orientation dans l’espace est restreinte. Il existe donc une forte demande.

 

Conjointement avec ses partenaires, l’UCBA a initié un projet innovant de nature entrepreneuriale. L’objectif de ce développement consiste en un bracelet-montre de qualité suisse éprouvée et d’une grande durée de vie à petit prix. La Banque CIC (Suisse) participe à ce projet et l’accompagne pendant ses trois années d’engagement pour l’UCBA, jusqu’à l’introduction prévue en 2017.

 

« L’UCBA suit avec attention les derniers développements sur le marché, elle les teste et élabore au besoin de nouveaux moyens auxiliaires et appareils. Nous sommes donc particulièrement heureux que la Banque CIC (Suisse) soutienne financièrement notre développement innovant d’un bracelet-montre parlant », estime Matthias Bütikofer, directeur général de l’UCBA.

 

« En tant que banque pour les entrepreneurs et leurs entreprises, nous avons l’habitude d’anticiper et de proposer des solutions qui offrent des valeurs ajoutées durables. Le projet du bracelet-montre parlant associe des ambitions sociales et entrepreneuriales et répond à un besoin essentiel des personnes souffrant de malvoyance ou de malentendance-malvoyance, raison pour laquelle nous nous engageons avec enthousiasme », explique Thomas Müller, CEO de la Banque CIC (Suisse).