Perspectives économiques : l’été conjoncturel pour l’Europe

Dans la zone euro, l’économie a toujours le vent en poupe. Outre la solide
croissance en Allemagne et les perspectives plus favorables en France, l’évolution
a été récemment réjouissante également dans des pays comme
l’Espagne, le Portugal et l’Irlande.

Les indicateurs conjoncturels avancés permettent de conclure à une forte activité économique. Par ailleurs, la confiance des consommateurs a évolué positivement ces derniers mois. Seul le renchérissement visé par la Banque centrale européenne (BCE) est encore inférieur à la valeur cible de tout juste 2 %. Cependant, la communication de la BCE permet de penser qu’un ajustement même prudent de la politique monétaire ne va pas tarder.

La tendance sur les marchés des devises est claire : au cours des derniers mois, l’euro s’est fortement apprécié par rapport au dollar américain. Les raisons de ce mouvement sont multiples. Outre la détente politique après les élections en France, l’évolution économique réjouissante au premier semestre et les signaux toujours positifs de divers indicateurs conjoncturels, le scepticisme croissant envers le gouvernement américain et la remise en question de l’application des objectifs politiques suivis par Donald Trump pourraient également avoir influencé le cours EUR/USD. 

Alors qu’au second semestre, la force de l’euro pèse sur la croissance des exportations dans la zone euro, le commerce extérieur suisse pourrait bien profiter de l’affaiblissement du franc et de la reprise conjoncturelle dans la zone euro. Pour l’année en cours, nous prévoyons en Suisse une croissance économique de 1,5 %. 

En résumé, les risques politiques en Europe ont diminué. Mais malgré tout, les importants problèmes structurels de l’union monétaire et de ses Etatsmembres ne sont toujours pas résolus. Si l’on continue à ne pas s’occuper de ces questions, le dynamisme positif pourrait encore se maintenir un certain temps.