News

Perspectives économiques : Les impulsions de la Banque centrale européenne commencent à faire effet

Bien qu’une faiblesse de la croissance se soit manifestée au cours du premier trimestre de l’année, principalement aux États-Unis, la plupart des économistes tablent toujours sur une accélération progressive de la croissance réelle de l’économie mondiale.

Ainsi, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a elle aussi fixé ses prévisions de croissance mondiale pour cette année et l’année prochaine à respectivement 3,1 % et 3,8 %. Alors que les prévisions pour les États-Unis et la Chine ont été revues à la baisse à 2,0 % et 6,8 % pour cette année et à 2,8 % et 6,7 % pour l’année prochaine, la zone euro semble, pour sa part, voir le bout du tunnel. Les risques de déflation ont notamment diminué de manière substantielle.

 

La reprise conjoncturelle attendue dans la zone euro se manifeste au travers des prévisions de croissance optimistes de l’OCDE de 1,4 % et 2,1 % pour 2015 et 2016. Les mesures de politique monétaire de la Banque centrale européenne déploient lentement leurs effets en relançant l’économie, grâce à la dépréciation monétaire parallèle et à la forte baisse du prix du pétrole. Le taux de chômage dans l’UE n’en demeure pas moins autour de 11 %, avec de très fortes disparités entre les différents États membres. Alors qu’une personne sur quatre est au chômage en Grèce, l’Allemagne n’affiche qu’un taux de 4,7 %.

 

L’OCDE est moins optimiste en ce qui concerne l’économie suisse, qui doit surmonter les conséquences de la forte appréciation du franc. Les prévisions de croissance ont été corrigées à la baisse à 0,8 % pour cette année et 1,7 % pour l’année prochaine. Une hausse sensible du chômage à 4,5 % est dès lors attendue.