Blog

Gagner plus avec la prévoyance et faire un pied de nez aux taux d'intérêt bas – trois choses dont vous devez tenir compte.

Les températures sont au plus haut, alors que les taux d’intérêt demeurent au plus bas. Plus d’un preneur de prévoyance se demande ce qu’il doit faire pour accroître son rendement sur la fortune du pilier 3a, accumulée dans le cadre de l’épargne privée. Par rapport à une solution de compte pure, l’épargne-titres constitue une alternative intéressante et promet des perspectives de rendement accrues à long terme.

Découvrez ici les points à prendre en compte dans l’épargne-titres, nos recommandations et les fonds les plus demandés actuellement : 

 

1. Diversifier les catégories de placement : minimiser le risque et tirer parti des opportunités de rendement

Chez nous, vous êtes entre de bonnes mains pour votre épargne sur un compte de prévoyance 3a, puisque nous offrons le meilleur taux d’intérêt en Suisse depuis plus de 10 ans. L’épargne en compte pure signifie cependant que vous investissez l’intégralité de votre fortune de prévoyance privée sur le marché des taux d’intérêt et que vous renoncez ainsi aux rendements durant les phases de taux bas, comme c'est le cas ces dernières années.  

 

Nous conseillons en principe de diversifier les catégories de placement et d’investir par exemple aussi en valeurs mobilières, en plus du compte. Le moyen le plus simple consiste à recourir aux fonds de prévoyance. Ceux-ci sont soumis aux directives de placement rigoureuses de la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité (LPP) et peuvent investir en actions, obligations, dans l’immobilier ou dans des placements monétaires à court terme, selon le fonds. Vous investissez ainsi dans plusieurs catégories de placement et profitez des opportunités de rendement correspondantes, tout en minimisant le risque grâce à une diversification optimale.

 

2. Accès échelonné : un bon timing automatique

Avant de prendre une décision de placement, demandez-vous si c’est le bon moment pour vous positionner. Le timing peut avoir une incidence majeure sur le résultat.

 

Exemple : trois investisseurs que nous appellerons Anna, Boris et Christian décident d’investir sur le marché suisse des actions (SMI). Anna investit début 2005, Boris début 2007 et Christian seulement début 2010. Fin 2014, ils comparent leur performance.

 

Anna a gagné 57,8 % en tout, soit un rendement moyen de près de 4,7 % par an. Le placement de Boris n’a rapporté que 2,25 % en huit ans, soit 0,3 % par an et celui de Christian a progressé d’environ 37 % en cinq ans, rapportant ainsi près de 6,5 % par an. Alors que tous trois réfléchissent à la manière dont ils auraient pu optimiser leur timing, ils sont rejoints par Daniel. Ce dernier a investi en actions suisses il y a 25 ans et a gagné plus de 500 % depuis lors, soit 6,7 % par an. 

Il n’y a donc pas de bon ou de mauvais moment pour se positionner. En 1995, le SMI a par exemple gagné plus de 25 % et encore près de 20 % l’année suivante. Tous ceux qui ont retiré leur argent ensuite, pensant qu’il allait y avoir une correction ont raté la meilleure performance du SMI en 1997, avec une progression de près de 59 % .

Étant donné que l’évolution de la bourse est impossible à prévoir et que l’épargne-prévoyance s’inscrit dans la durée, nous recommandons un investissement échelonné régulier, à l’instar d’un plan d’épargne en fonds. De nombreux preneurs de prévoyance du pilier 3a en ont pris conscience et investissent régulièrement leurs avoirs d’épargne en fonds au moyen d’un ordre permanent. Ils ont ainsi la garantie d’acquérir davantage de parts de fonds lorsque les cours sont bas et moins quand ils sont élevés. Ils profitent ainsi de coûts moyens moins élevés et réduisent le risque de timing. Le principe inverse pour sortir des fonds de prévoyance ne doit pas être oublié. Nous conseillons de vendre progressivement les avoirs en fonds au plus tard 5 ans avant le départ à la retraite. Vous réduisez ainsi le risque de vendre l’ensemble de votre portefeuille de valeurs mobilières à un moment défavorable. Tous les achats et ventes de fonds de prévoyance sont d’ailleurs gratuits à la Banque CIC (Suisse).

 

3. Sélectionner les fonds : combiner les atouts de plusieurs fonds

Si vous choisissez un fonds de placement LPP pour votre pilier 3a, vous commencez par opter pour une stratégie de placement. Les fonds avec une quote-part d'actions plus élevée promettent de meilleurs rendements à long terme, mais sont également davantage sujets aux fluctuations. La quote-part d'actions maximale des fonds LPP est de 50 %. Les autres catégories de placement sont les obligations en francs suisses et en monnaies étrangères, l’immobilier, les liquidités ainsi que certaines matières premières et hypothèques. 
 

Dans un deuxième temps, il s’agit de définir la préférence pour une stratégie de placement active ou passive. Les fonds passifs répliquent au mieux l’indice, alors que les fonds à gestion active s’écartent délibérément de l’indice dans le but de le surperformer. 
 

Dans un dernier temps, vous choisissez un promoteur de fonds. Vous pouvez par exemple opter pour l’une des grandes banques ou pour le gestionnaire de fortune des banques cantonales au travers de Swisscanto qui propose une gamme étendue et innovante, ou, par le biais de la Bâloise, pour une assurance qui investit une part particulièrement importante dans l’immobilier ou encore pour la Banque J. Safra Sarasin qui s’est taillée une réputation dans le domaine des placements durables et écologiques.

 

Nous considérons les fonds de placement comme une composante d’une stratégie de placement diversifiée dans le pilier 3a et recommandons par conséquent, en plus du compte, des placements en fonds avec une quote-part d'actions maximale, si vous disposez d’un horizon de placement long. Chaque promoteur ayant sa spécialité et chaque stratégie de placement ses atouts, nous conseillons d’envisager une répartition entre plusieurs fonds. Ainsi, vous pouvez par exemple choisir sur www.epargneentitres.chjusqu’à cinq fonds dans lesquels vous pouvez investir. Nous recommandons parallèlement de combiner une politique de placement active et passive.

 

Depuis un peu plus de six mois, nous sommes la seule banque en Suisse à proposer une épargne-titres ouverte dans le cadre du pilier 3a, avec 24 fonds de prévoyance de 5 établissements différents.  Le Swisscanto LPP 3 Index 45 a été le plus demandé, suivi de près par le fonds CSF Mixta-LPP Index 45 du Credit Suisse dont la gestion est également passive.